W comme Woodblock.

Utilisez-vous de petites percussions additionnelles au sein de votre set de batterie ?

Avec le mot de cette semaine, je vais vous donner envie d’ajouter de nouvelles couleurs dans votre jeu !

Aujourd’hui W comme… WOODBLOCK

Le woodblock possède des origines chinoises très anciennes (le ban). Et, une nouvelle fois, ce sont les batteurs de jazz qui l’ont intégré pour la première fois au sein de la batterie au début du XXe siècle.

La composition de cet instrument de percussion traditionnel est relativement simple. En effet, il s’agit d’un bloc de bois dur (parallélépipédique ou cylindrique) partiellement évidé et présentant une fente pratiquée sur l’un de ses côtés longitudinaux. 

Lorsqu’il est frappé avec un maillet en bois, cette cavité sert de chambre de résonance. Cet idiophone produit alors un son clair et plutôt sec qui perce aisément au milieu des autres instruments.

Ses dimensions et le bois utilisé influencent bien entendu sa tonalité et sa puissance sonore.

File source: http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dos_bloques.JPG

Wood blocks – Photo :Ferbr1 / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)

Lorsqu’il est utilisé par le batteur, le woodblock est muni d’une attache afin de le disposer sur un support adapté (tige en L et clamp) et de le frapper avec les baguettes. Mesurant une vingtaine de centimètres de longueur, il est alors utilisé pour marquer des accents dynamiques ou pour mettre en avant un ostinato ou une clave.

Si vous recherchez davantage de modernité, vous pourrez alors vous tourner vers le jam block. Il s’agit de la version contemporaine du woodblock fabriqué en matière plastique. Il est décliné dans différentes tonalités et avec des couleurs vives.

Jam block – Photo : Kamal Aboul-Hosn from New York, United States / CC BY (https://creativecommons.org/licenses/by/2.0)

Le jam block est également appelé clave block, gock block ou tempo block.

On confond très souvent le woodblock avec le temple block (ou chinese block). Leurs origines asiatiques et leurs compositions sont similaires. Cependant, le temple block prend plutôt l’apparence d’un cube (ou d’une cloche) creusé et fendu. 

Les chinese blocks sont généralement associés par groupes de 3 ou 5 de tailles différentes. Disposés côte à côte, ils ne sont pas véritablement accordés, mais classés en fonction de leur tonalité (clair, moyen et grave). Et, comparée au woodblocks, leur sonorité est plus mate et ils offrent une plus grande résonance.

À l’image du jam block, on trouve des versions modernes de ces instruments ancestraux : blast block, granit block, etc.

Amateurs de rythmes latins ou tout simplement à la recherche de sonorités originales, vous n’avez que l’embarras du choix parmi ces petites percussions… à moins de toutes les adopter !

Retrouvez La Batterie … Mot à Mot ! sur Rim Shot & Ghost Note.

FR[ed]C

Laisser un commentaire