P comme Pédale de grosse-caisse.

Vous allez tout savoir sur cet accessoire qui a beaucoup évolué au fil du temps…

La pédale de grosse caisse est un élément primordial du hardware de la batterie. En transmettant l’énergie de la jambe du batteur vers la batte, elle contribue en effet grandement à la définition du son de la grosse caisse.

Mais connaissez-vous bien, cet équipement qui propose de nombreuses déclinaisons et qui n’a jamais cessé d’évoluer depuis sa création ?

Aujourd’hui P comme… PÉDALE DE GROSSE CAISSE

La pédale de grosse caisse est un intermédiaire majeur entre le batteur et le fût le plus imposant du kit. Elle doit donc transmettre le plus fidèlement possible l’intention du musicien à la peau de grosse caisse.

Mais pour en tirer tout le potentiel et faire le bon choix, encore faut-il connaître les différentes parties de son anatomie !

La majeure partie des pédales de grosse caisse repose sur un socle assurant sa stabilité. La sous-face de cette plaque stabilisatrice possède généralement un revêtement antidérapant et des piques rétractables sont disposées sur la partie avant de part et d’autre du dispositif de fixation sur le cercle de la grosse caisse. Quelques modèles ont été étudiés pour être pliables. Ces pédales sont alors dépourvues de socle fixe et un système de crochets amovibles permet d’assurer la rigidité de l’ensemble pendant le jeu.

Les potences (montants verticaux) participent également à la robustesse et à la stabilité de la pédale. Dans le même temps, elles supportent l’axe (et son dispositif de roulement à billes) autour duquel la batte pivote. Et, si vous regardez l’un des côtés de la potence, vous remarquerez un ressort disposé verticalement entre le socle et l’extrémité de l’axe. Grâce à sa tension réglable, il permet à la batte de revenir dans sa position initiale après une frappe.

Pour les amateurs de design industriel, vous trouverez quelques pédales possédant une potence latérale unique (comme le modèle signature Jojo Mayer chez SONOR).

Photo « Anatomie d’une pédale de grosse caisse » – FR[ed]C

La semelle qui accueille le pied du batteur est la première partie mobile de la pédale. Elle est liée au socle par une charnière au niveau du talon tandis que le système de transmission est fixé à l’autre extrémité. Selon le modèle choisi, la semelle peut présenter différents profils plus ou moins lourds et longs. Et son inclinaison peut être réglable pour s’adapter à toutes les configurations de jeu. Une nouvelle fois, vous trouverez de nombreuses variantes comme des modèles dépourvus de talon (chez TRICK par exemple) pour offrir la semelle la plus longue possible et, par conséquent plus de puissance pour un même effort.

Le système de transmission est un autre composant essentiel de la pédale de grosse caisse. Il fait le lien entre la semelle et la batte lorsque le batteur actionne la pédale. Le système le plus répandu est sans doute la transmission par chaîne (simple ou double). Mais les différents fabricants ont également développé des transmissions par courroie (ou sangle) et des entraînements directs (direct drive) à l’aide d’une pièce métallique.

Le choix de la came est important, car cette pièce, fixée directement sur l’axe, détermine l’angle de déplacement de la batte. Ainsi, si vous souhaitez une trajectoire et une vitesse constantes, vous opterez pour une came linéaire (ronde). Au contraire, une came de forme asymétrique conduira à une accélération de la batte en fin de course.

Dernier composant et non des moindres, la batte est la partie terminale qui entre en contact avec la peau de frappe de la grosse caisse. Sa tige est fixée dans un logement fixé directement sur l’axe tandis que sa tête peut présenter différentes formes et différents matériaux (feutre, plastique, bois, caoutchouc…) selon l’attaque et la sonorité recherchées.

À l’heure actuelle, il existe de multiples déclinaisons de la pédale de grosse caisse de la plus rudimentaire à la plus sophistiquée, de la plus abordable à la plus onéreuse. Depuis l’apparition de la première véritable pédale de grosse caisse commercialisée par LUDWIG en 1909, elle n’a cessé d’évoluer au gré des innovations technologiques des fabricants (roulements à billes, réglages multiples, matériaux plus légers et résistants…). Cependant, certains modèles « antiques » développés par CAMCO ou LUDWIG (Speed King) par exemple sont encore utilisés aujourd’hui par des batteurs de renom.

Autrement dit,  quels que que soient le prix et le look de la pédale, aucune technologie ne remplacera la sensibilité et la maîtrise du batteur.

Et face à l’offre actuelle, un seul conseil : faites des essais pour déterminer la pédale de grosse caisse la plus adaptée à votre style de jeu.

Retrouvez La Batterie … Mot à Mot ! sur Rim Shot & Ghost Note.

FR[ed]C

Laisser un commentaire