La batterie mot à mot: A comme Acouphènes.

Voici un terme médical que l’on ne devrait pas trouver dans un lexique dédié aux batteurs !

Concentrés sur notre jeu, nous n’avons pas toujours conscience du volume sonore de notre instrument et de notre environnement musical (play-back, autres instruments, etc.). Et, cette exposition excessive et répétitive à une forte pression acoustique peut engendrer de sérieux dégâts sur notre audition.

Ainsi, les batteurs font partie des musiciens particulièrement exposés aux problèmes auditifs comme la perte d’audition, l’hyperacousie et les acouphènes.

Ces derniers se manifestent généralement par un bourdonnement désagréable que vous seul pouvez percevoir (acouphènes subjectifs). Mais, ils peuvent revêtir différentes formes selon les personnes, allant du grondement sourd au sifflement aigu. De plus, ces sons peuvent être permanents et constants ou, au contraire, intermittents tout en variant en fréquence, en volume et en intensité. 

Les individus souffrant d’acouphènes ne connaissent plus la notion de silence. Elles perçoivent un bruit de fond généré par leur propre système auditif.

Néanmoins, les acouphènes ne constituent pas une maladie. Ils sont un symptôme d’un problème plus profond comme la dégradation subite ou progressive de cellules de l’oreille interne par une surexposition au bruit.

Photo libre de droits

Lors d’acouphènes légers, le musicien s’habitue progressivement à ce bruit parasite ce qui diminue la gêne (processus d’habituation).

Mais, dans de nombreux cas, ce phénomène peut être vraiment handicapant : douleurs aux oreilles, fatigue mentale chronique, difficulté de concentration et de compréhension, troubles du sommeil, problème de mémoire, etc. Il peut affecter grandement votre vie quotidienne en entraînant stress, insomnie, irritabilité voire même isolation sociale et dépression.

À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement médicamenteux ni aucune intervention chirurgicale susceptible de guérir ces lésions auditives. Autrement dit, aucune technologie ne peut inverser le processus. Au mieux, des aides auditives ou des thérapies comportementales peuvent concourir à surmonter ou à atténuer les effets des acouphènes.

Chaque musicien a son propre seuil de résistance aux forts volumes sonores. Il est ainsi impossible de prédire qui sera particulièrement exposé aux problèmes auditifs. 

Le meilleur des remèdes reste donc la prévention !  

Pour cela :

  • portez des protections auditives en toutes circonstances (les dispositifs modernes assurent une très bonne atténuation du niveau sonore tout en proposant une excellente restitution de la musique) ;
  • faites des pauses pour laisser à vos oreilles le temps de souffler ;
  • baissez le volume des sources et utilisez des sourdines pour les répétitions et le travail en solo ;
  • faites tester votre audition régulièrement par un spécialiste.

Pendant longtemps, les acouphènes ont été perçus comme une fatalité par les musiciens. Ces traumatismes sonores étaient considérés comme un risque du métier. Les mentalités ont heureusement évolué et, depuis plusieurs années, on assiste à une prise de conscience collective sur les problèmes auditifs liés à la pratique musicale.

La musique nous apporte trop de satisfactions pour qu’elle devienne une source de souffrance.

FR[ed]C

Retrouvez La Batterie… Mot à Mot ! sur Rim Shot & Ghost Note.

Leave a Reply