K comme keyhole

Ce n’est pas un gros mot ! Mais il y a tout de même des termes que les batteurs préféreraient ne pas connaître !

Avec la fissure, le keyhole est le principal désordre rencontré sur la cymbale.

Si cette dernière entre continuellement en contact avec l’axe du pied sur lequel elle est installée, le trou central peut se déformer.

L’œillet cesse alors d’être parfaitement rond et prend cette forme caractéristique ressemblant à un trou de serrure (keyhole in english !).

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v80), quality = 70

Un keyhole – Photo : FR[ed]C

Je vous rassure : la sonorité de la cymbale n’est généralement pas altérée. 

En revanche, si le keyhole est très prononcé, le dôme de la cymbale peut être fragilisé. 

Quant à la cote de la cymbale, elle se trouvera fortement dévaluée lorsque vous voudrez éventuellement la revendre.

Il existe une solution très simple à mettre en œuvre pour esquiver ce problème. Il s’agit d’éviter les contacts directs entre les deux parties métalliques (la cymbale et son support). Pour cela, il suffit de manchonner l’axe du tilter avec une gaine en plastique ou d’utiliser un protège-tilter adapté. 

Protège-tilter – Photo : FR[ed]C

Dans le même temps, ce dispositif limitera la diffusion des vibrations produites par la cymbale dans le pied qui la supporte et donc l’apparition des bruits parasites.

Le tour est joué. Vous pouvez oublier ce vilain mot !

Retrouvez La Batterie … Mot à Mot ! sur Rim Shot & Ghost Note.

FR[ed]C

Laisser un commentaire