C comme…Cercle.

La sonorité d’une batterie dépend de multiples paramètres. C’est un savant mélange entre équipements adaptés et réglages pointus. Mais, au sein de cette alchimie, il y a un élément d’accastillage auquel on ne pense pas immédiatement et dont le choix est pourtant crucial quand il s’agit de trouver LE son.

Pourquoi le cercle est-il un élément d’accastillage si important au sein du kit de batterie ?

Disposé à chaque extrémité du fût, il permet tout d’abord de maintenir les peaux de frappe et de résonance tout en les faisant entrer en contact étroit avec le chanfrein. 

Le cercle joue ensuite un grand rôle dans l’accordage de l’instrument. En agissant sur les tirants qui assurent sa fixation sur le fût, le batteur va tendre plus ou moins la peau et ainsi ajuster la sonorité de la caisse claire, du tom ou de la grosse caisse.

Selon le matériau employé pour sa fabrication, selon son épaisseur et sa forme, le cercle va également avoir une influence sur l’attaque et le sustain des fûts qu’il appareille.

Aujourd’hui, les caisses claires et les toms sont en grande majorité équipés de cercles métalliques en acier chromé ou anodisé. Cependant, on peut en distinguer trois grands types selon leur forme et leur mode de fabrication.

Les cercles droits (no flange) sont les modèles historiques. Ils équipent désormais principalement les batteries vintage et sont extrêmement rares sur les kits actuels. Étant donné leur forme simple et droite (ils ne possèdent pas d’anneaux ou de trous permettant le passage de tirants), ils sont maintenus par des crochets. Ils donnent aux fûts un son très ouvert, beaucoup de résonance et un long sustain. Ils présentent deux inconvénients majeurs : la difficulté d’obtenir un son précis et bien défini et la faculté de casser très rapidement les baguettes !

Photo : FR[ed]C – Rim Shot & Ghost Note

À l’heure actuelle, les cercles emboutis sont certainement les plus courants et les moins onéreux. Ils sont fabriqués à partir d’une feuille de métal qui prend la forme souhaitée sous l’action d’une presse.

Chaque modèle est défini par son épaisseur (de 1,6 à 3 mm) et par les différentes courbures dont il dispose : single flange (maintenus par des crochets comme les cercles droits), double flange ou triple flange. Ces derniers sont les plus utilisés sur les kits modernes. Ils présentent une courbure finale dirigée vers l’extérieur ce qui permet de limiter l’usure des baguettes (les cercles de type S-hoop propose une variante avec un profil recourbé vers l’intérieur et recouvrant légèrement le bord de la peau).

Les cercles emboutis permettent d’obtenir un son ouvert avec des harmoniques assez présentes et un long sustain. Plus l’épaisseur du métal est importante et plus le son est précis tout en modérant le sustain.

Les cercles moulés (die cast hoop) sont composés d’une pièce massive obtenue grâce au coulage du métal dans un moule. Ils sont plus épais et donc plus lourds que les cercles emboutis. La conséquence directe est d’atténuer la résonance des fûts et de donner un son plus sec présentant moins d’harmoniques. En contrepartie, vous obtenez une attaque plus marquée et davantage de puissance.

Certaines marques ont innové en mettant en œuvre d’autres métaux et alliages pour la fabrication des cercles : le laiton, l’aluminium, le titane notamment.

Les fûts peuvent également être munis de cercle en bois (wood hoop). Il est assez rare que l’ensemble d’un kit reçoive ce traitement. En revanche, c’est plus courant pour les caisses claires et c’est une généralité pour les grosses caisses. 

Ces cercles sont souvent fabriqués en érable, mais d’autres bois plus ou moins denses peuvent être utilisés. On trouve des modèles complètement plats ou présentant un profil arrondi.

À l’image des cercles métalliques moulés, les cercles en bois sont épais et lourds. Cela conduit à un son relativement sec (mais plus chaud qu’avec un cercle métallique) tandis que les fûts conservent une grande dynamique et une bonne projection du son.

Cercles emboutis ou cercles moulés ? Cercles métalliques ou cercles en bois ? 

Le choix se complique encore un peu plus quand on découvre que chaque marque propose ses déclinaisons de ces modèles de base.

Alors, c’est à chaque batteur de résoudre la quadrature du cercle selon le projet musical et la sonorité recherchée ! 

Retrouvez La Batterie … Mot à Mot ! sur Rim Shot & Ghost Note.

FR[ed]C

Laisser un commentaire